Qu’est-ce qu’un bâtiment

sain et circulaire ?

Appliqué au monde de l’immobilier, les principes de l’économie circulaire impliquent deux choses :

  • En amont, éco-concevoir le bâtiment selon le concept de banque de matériaux,
  • En aval, lors de la phase d’exploitation, gérer les ressources du bâtiment afin qu’elles soient remployées ou upcyclées en fin d’usage ; c’est ce qu’on appelle le Ressource Management.

Ces concepts de banque de matériaux, ressource management ou upcyclage sont majeurs pour réussir la transition de l’immobilier vers l’économie circulaire, mais il faut aussi y associer 2 autres concepts extrêmement importants : les indicateurs de circularité et l’intelligence artificielle.

Des bâtiments circulaires conçus comme des banques de matériaux

On estime qu’entre 75% et 85% des constituants d’un bâtiment de type tertiaire sont remplacés pendant sa durée de vie, et, pour certains d’entre eux, plusieurs fois.

On peut donc considérer un bâtiment comme un métabolisme qui évolue lentement, et dont il est important de récupérer les constituants après usage, pour qu’ils soient sources de revenus via leur réemploi, leur réutilisation ou leur upcyclage… plutôt que de déchets.

Pour récupérer ces constituants il est nécessaire de concevoir un bâtiment circulaire comme une « banque de matériaux », ce qui implique que :

  • Le système constructif du bâtiment est pensé pour être le plus démontable possible afin de déposer, à moindre coût, les constituants usagés,
  • Les constituants sont sélectionnés pour leurs performances en matière de non-toxicité et d’upcyclabilité, c’est-à-dire qu’ils sont eux-mêmes éco-conçus pour être facilement démontables et avec des matières saines et faciles à upcycler (la certification « Cradle to Cradle » apporte des garanties dans ce domaine),

Ces constituants sont caractérisés par des passeports circulaires qui vont recenser des informations relatives aux constituants, et qui rendront possible leur réutilisations/upcyclages ultérieurs grâce à l’opération de « ressource management ».

Le concept de passeport circulaire

Le passeport circulaire est la fiche d’identité d’un produit ou d’une matière.

Ce concept de « passeport circulaire » (« material passport » en anglais) vient notamment d’être intégré dans la version 4 des critères de la certification Cradle to Cradle.

Le passeport circulaire décrit généralement :

  • La composition (composants et matériaux associés),
  • La période d’usage (c’est-à-dire la période au-delà de laquelle le produit est détérioré au point de devenir un déchet et de perdre toute valeur résiduelle),
  • Les prochaines vies possibles, qu’il s’agisse de réemploi, réutilisation, upcyclage, recyclage, compostage…
  • D’autres informations utiles telles que l’impact carbone, des notices de maintenance ou de démontabilité pour faciliter sa dépose en fin d’usage…

Appliqué à un bâtiment, les informations contenues dans les passeports permettront de mesurer l’empreinte carbone du bâtiment, son degré de circularité ou de non-toxicité, ou de favoriser le Ressource Management qui permettra, en exploitation, de récupérer la valeur résiduelle économique des produits usagés du bâtiment en cas de réemploi ou d’upcyclage.

Les passeports circulaires de myUpcyclea

Le Ressource Management

Quel que soit votre secteur d’activité, le Ressource Management (RM) consiste à gérer vos ressources de façon circulaire, et utiliser les principes de l’économie circulaire pour mettre en place des écosystèmes.

Cela vous permet de régénérer vos ressources usagées, qui non seulement ne seront pas gaspillées en fin d’usage, mais qui seront source d’économies, voire de revenus, pour votre structure.

Ces écosystèmes sont des chaînes d’acteurs qui permettent de transformer des ressources usagées pour qu’elles alimentent des besoins caractérisés en matières premières secondaires, selon un modèle circulaire d’upcyclage ou de réutilisation :

 

Pour fonctionner correctement, le Ressource Management nécessite l’appui d’un outil numérique qui permet de saisir et d’exploiter les informations caractérisant les ressources, les besoins et les acteurs, pour en déduire des écosystèmes rentables et économes en CO2, et suivre leur bon déroulement.

Cet outil numérique permet également de réunir l’ensemble des parties prenantes au sein d’une même interface, où ils vont tous parler le même langage, et pouvoir communiquer en temps réel.

Principe de fonctionnement de myUpcyclea

Les indicateurs circulaires

Les indicateurs de myUpcyclea

EnglishFrench